RENCONTRE D’ÉCHANGE ET DE CONCERTATION : PARTICIPATION ÉLECTORALE DES JEUNES : QUELS ENJEUX POUR 2018 ?

qui vise à amener les jeunes citoyens à réfléchir et à conduire des actions sur les problématiques socio-économiques et politiques identifiées tant au niveau local que national.Deux rencontres d’échanges ont déjà été organisées dans le cadre du  programme d’Encadrement des Jeunes à la Démocratie (PEJED). Cette autre rencontre d’échange a été organisée à l’occasion de la célébration de la 52ème “fête nationale de la jeunesse“. Les échanges ont été structurés autour du thème : « Participation électorale des Jeunes : quels enjeux pour 2018 ? ».

 

De manière spécifique la rencontre d’échange du 09 Février a eu pour objectif :

  • Susciter une meilleure implication des jeunes lors des prochaines échéances électorales.

Les différents exposés ont porté sur les trois sous thèmes ci-après, et gravité autour de la question principale à savoir : « quel rôle les jeunes peuvent jouer lors des prochaines échéances électorales ? Pour quels impacts ?

  1. Au regard de leur poids démographique
  2. Au regard du niveau de participation dans la scène politique et publique
  3. Au regard de leur situation socio-économique
Il s’est agi de manière concrète pour les intervenants, de répondre à la question principale posée, en partant des trois sous thèmes élaborés. Ces sous-thèmes ont été développés par un panel constitué essentiellement de jeunes pétris d’expériences dans la scène politique. Ils étaient entre autres: Franck Essi, Serge Espoir MATOMBA, MOBOU Hermine Laure et le jeune artiste engagé ABE ABE Gaston (Valséro).
L’adoption de quelques résolutions par les jeunes, a été l’un des résultats escomptés au terme de cette rencontre, qui a regroupé plus de 90 jeunes issus des partis politiques et de la société civile, venus de 5 communes du département du wouri.
Cette rencontre a également la présence de plusieurs hommes de médias, des leaders politiques, et plusieurs membres de l’administration.
LES RÉSOLUTIONS PRISES PAR LES JEUNES:
  1. Société civile et partis politiques de l’opposition ayant fait une lecture analogue des problèmes et du contexte au Cameroun, des actions synergiques doivent être construites ou renforcées.
  2. Pour valoriser le concept de « modèles » et de « repères » auprès des jeunes, organiser des rencontres de restitution et de promotion de l’histoire politique africaine, en rappelant aux jeunes que des leaders tels que Um NYOBE, SANKARA, KHADAFI qui ont « agi » et marqué leur temps soit en accédant aux hautes fonctions de l’Etat, soit en s’affirmant comme de véritables nationalistes alors qu’ils étaient tout-jeunes. Valoriser et encourager le leadership politique jeune agissant au Cameroun par l’organisation d’agoras et de tribunes appropriées.

v  Organiser des rencontres, débats et fora entre les jeunes et leurs dirigeants actuels (locaux ou nationaux), afin de les mettre au niveau du combat, déconstruire le dogme de d’une « jeunesse sacrifiée ».

vLe changement passant essentiellement par les lois, amener par le renforcement de l’éducation et de la sensibilisation de proximité (porte-à-porte), les jeunes à s’engager dans la vie politique et à briguer des mandats électifs internes (partis politiques), municipaux et surtout législatifs lors des prochaines échéances électorales.

En définitive, cette rencontre a été marquée par une prestation musicale faite par les jeunes vainqueurs des caravanes d’animation, et qui ont renforcé leurs capacités dans l’académie de Rap sous la houlette du général Valséro.

Publicités

RENCONTRE D’ÉCHANGE ET DE CONCERTATION : PARTICIPATION ÉLECTORALE DES JEUNES : QUELS ENJEUX POUR 2018 ?

Les rencontres d’échange constituent un espace ouvert d’échanges et de concertation qui vise à amener les jeunes citoyens à réfléchir et à conduire des actions sur les problématiques socio-économiques et politiques identifiées tant au niveau local que national.

Continuer la lecture de RENCONTRE D’ÉCHANGE ET DE CONCERTATION : PARTICIPATION ÉLECTORALE DES JEUNES : QUELS ENJEUX POUR 2018 ?

Rap citoyen : les lauréats de la compétition sont connus

Le grand challenge de samedi 3 février 2018 a livré les trois vainqueurs de l’arrondissement de Douala 5ème.caravane Douala 5e

Toulour, Attraction (de son vrai nom Hendje Hendje Pierre Alain), et Nguidjol Oxy sont les ambassadeurs de l’arrondissement de Douala 5ème pour la caravane de mobilisation citoyen. Ils ont été choisis par le jury constitué des ténors du rap, Obskur, Valséro, et Nernos.  La compétition de samedi 3 février 2018 a réuni du monde au stade Cicam à Douala. Les quinze candidats ont rivalisé d’adresse et les trois meilleurs ont été retenus.

L’étape de Douala V marquait la fin de la caravane de mobilisation citoyenne. La compétition a donc ses quinze lauréats :Douala 1er (Pat Danger, le groupe Dater’s Fixe, Betine Barnabe Martial) ; Douala 3ème (Mbida Nama Rodrigue, Tawokam Fodou Paulin, Moumbe Alexandre Blaise) ; Douala 2ème (Lonbar Kouwou, Yimga Ekalle Euriel, Happy Jordan) ; Douala 4ème (Mbock Jean, Enone Gaël, Dimitri). Ils obtiennent de facto leur ticket pour l’académie de rap du Général Valséro. «Ils vont être formés notamment sur les techniques d’écriture, précise le rappeur engagé. Ils vont par la suite entrer en studio pour produire un single.»Valsero et l’ONG Un Monde Avenir porteur du projet, se chargeront de la promotion du produit.

L’objectif de la caravane est de «pousser les jeunes à s’engager, à s’intéresser à la politique. Le Rap c’est le moyen que nous avons choisi parce qu’il est aimé par les jeunes. C’est le moyen par excellent pour passer le message aux jeunes. Les jeunes ont l’habitude de dire qu’ils ne font pas la politique, pourtant tout ce qu’on fait est politique. Il y a la politique à travers la nourriture qu’on mange. On fait la politique sans s’en rendre compte», explique Makouet Aïchetou animatrice de terrain Douala 1er.

Valgadine TONGA

Économie verte : Et de 4 pour le Forum international jeunesse et emplois verts

La Francophonie lance la quatrième édition du Fijev, à l’attention des jeunes.
Fijev 2018, la compétition est lancée. Le Forum international jeunesse et emplois verts organisé par l’Organisation internationale de la Francophonie. La 4ème édition se tiendra à Niamey au Niger, en mars. Il s’agit d’un rendez-vous international pour promouvoir le dialogue et les échanges sur les enjeux de l’économie verte notamment en ce qui concerne la création d’emplois pour les jeunes. Concrètement, il est question à travers le forum de réunir des centaines de jeunes de l’espace francophone, d’acteurs nationaux, internationaux, étatiques, de la société civile et du privé concernés par la question de création d’emplois et de développement durable.
Le Forum international jeunesse et emplois cible les jeunes des pays membres de la Francophonie. Ils doivent être âgés entre 18 et 34 ans. Les projets qu’ils vont soumettre doivent promouvoir l’économie verte et ses métiers. Les participants seront choisis en fonction de la pertinence, de la faisabilité et du réalisme de leurs projets selon le contexte de leurs pays, du potentiel de création des emplois verts et de la qualité de rédaction de leurs projets.  «Le forum permet aux jeunes de valoriser leurs créativités, tout en ayant l’occasion de présenter, au grand public et aux partenaires techniques et financiers, des projets susceptibles de générer des emplois dans le domaine de l’économie verte. Les participants prennent part à des ateliers de renforcement des compétences et assistent à des conférences animées par des experts», précise la Francophonie sur son site.
Les domaines concernés
Les jeunes sont invités à soumettre des projets d’entreprises existantes ou bien de création d’entreprises écho-responsables et génératrices d’emplois verts. Les domaines sont ceux-ci : l’agriculture durable, de la pêche responsable et l’agroalimentaire ; énergies et habitat durables ; valorisation de la biodiversité et tourisme durable ; technologies au service du développement durable ; assainissement, gestion des déchets et recyclage ; les industries extractives et leurs filières. 
Les dossiers complets de candidatures doivent être remplis en ligne au plus tard le 11 février 2018. L’Oif rassure que «les candidats sélectionnés bénéficieront d’une prise en charge complète (transport, assurances, hébergement et restauration) pour participer au « Forum international francophone Jeunesse et emplois verts » à Niamey, au Niger.»
Au cours du forum, les porteurs de projets s’échangent les expériences, partagent des idées et bonnes pratiques et bénéficient, grâce à des ateliers de formation, de nouvelles connaissances et de compétences utiles à la réalisation de leurs projets. «Les lauréats du concours recevront un accompagnement pour consolider leurs projets. Ils bénéficieront également d’un encadrement spécial sous forme de mentorat de partenaires techniques ainsi que d’une enveloppe financière.» Les conditions de participation sont disponibles sur le site www.jeunesse.francophonie.org.
Valgadine TONGA

Promotion de la paix : Le Bénin mise sur sa jeunesse

L’Accord-cadre «Libres ensemble» signé avec la Francophonie témoigne de la volonté du pays de d’intégrer la jeunesse dans sa politique.
L’État béninois et l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif) ont signé le 14 décembre 2017 l’Accord-cadre «Libres ensemble». A la table des signataires, la Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean et Aurélien Agbenonci, ministre béninois des Affaires étrangères et de la Coopération. Pour ce premier accord du genre, le président de la République Patrice Talon n’a pas lésiné à faire le déplacement.
«Libres ensemble» est une initiative mise sur pied par des jeunes de l’espace francophone. Elle a été lancée en mars 2016 par les jeunes francophones et la Secrétaire générale de la Francophonie. L’objectif est de «promouvoir la solidarité, le respect et la diversité en résistance au repli sur soi et à la barbarie, lit-on sur le site de l’Oif. Qui explique que l’initiative « Libres ensemble » s’est tout d’abord déployée sur les réseaux sociaux où elle a suscité l’adhésion de millions de jeunes de tout l’espace francophone. Progressivement, des projets de terrain ont également spontanément émergé dans de nombreux pays francophones et non-francophones.» Il y a ainsi eu des formations de jeunes ambassadeurs « Libres ensemble », formations de formateurs, débats, expositions, caravanes itinérantes, concours d’écriture, concerts, etc, «appelant à une déclinaison nationale» de « Libres ensemble » à compter de l’année 2017.
Il prévoit une intégration de cette initiative dans la politique jeunesse du pays, ainsi que la conception et la mise en place, avec l’OIF, son Bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest, ainsi qu’avec les jeunes, d’actions concrètes de terrain répondant aux besoins spécifiques des populations béninoises en matière de promotion de la paix, du dialogue et des droits humains.
« Je me réjouis de la signature de cet Accord-Cadre. Le Bénin fait encore figure de précurseur puisque c’est le 1er État à s’approprier cette initiative pour en faire un axe central de sa stratégie jeunesse, a souligné Michaëlle Jean. Cet Accord lance un signal fort qui fera écho dans tout l’espace francophone : il faut écouter et prendre en compte les jeunes, investir dans l’audace, la pluralité, la diversité et l’inventivité de cette jeunesse», a-t-elle ajouté. En effet, des accords similaires sont en préparation avec d’autres États de la sous-région et d’autres espaces de la Francophonie.
Valgadine TONGA

Thème: « processus de réunification du Cameroun : des accords de 1961 a la réunification de 1972 ».

IMG_1405
Vue d’ensemble

Édifier les jeunes sur leur histoire, comprendre l’origine des problèmes sociaux et politiques actuels qui se vivent dans notre pays, en l’occurrence la crise dite anglophone, Continuer la lecture de Thème: « processus de réunification du Cameroun : des accords de 1961 a la réunification de 1972 ».