Thème: « processus de réunification du Cameroun : des accords de 1961 a la réunification de 1972 ».

IMG_1405
Vue d’ensemble

Édifier les jeunes sur leur histoire, comprendre l’origine des problèmes sociaux et politiques actuels qui se vivent dans notre pays, en l’occurrence la crise dite anglophone, Continuer la lecture de Thème: « processus de réunification du Cameroun : des accords de 1961 a la réunification de 1972 ».

Publicités

Maintien de la paix : La responsabilité des jeunes en revue

C’est l’un des points centraux de la grande rencontre que le Canada organise le 14 novembre 2017.
Les 14 et 15 novembre 2017, le cœur du monde battra à Vancouver, au Canada. La ville reçoit plus de 500 délégués provenant de plus de 70 pays et organisations internationales. Ils viennent participer à la conférence «Réunion 2017 des ministres de la Défense sur le maintien de la paix des Nations Unies». Parmi les participants, des représentants de l’Union africaine, de l’Union européenne, de l’OTAN et de l’Organisation internationale de la Francophonie. Il s’agit du plus grand rassemblement de ministres de la Défense du genre axé sur les missions de maintien de la paix et les opérations de soutien de la paix et sur l’engagement des sur l’établissement de nouveaux engagements des États membres.
A côté de cette rencontre du monde de la défense des États membres de l’Onu, le Canada a pensé une rencontre avec les jeunes. Le 14 novembre 2017, le pays organise un évènement baptisé «Objectif : maintien de la paix».  «Cet événement s’adressera à un plus grand public, et soulignera l’importance d’une approche exhaustive envers les missions de maintien de la paix dont : les jeunes comme artisans de la paix», lit-on sur le site www.canada.ca. Deux thèmes sont à l’ordre du jour. Le premier thème, «Les jeunes comme artisans de la paix», met la jeunesse au centre de la préservation de ce sésame qu’est la paix. «Des jeunes du Canada et de partout au monde participeront à une discussion sur le rôle positif que la jeunesse peut jouer pour atténuer les effets des conflits dans leur société», précise la source.
Les jeunes, surtout les mineurs sont des proies faciles pour des groupuscules engagés militairement dans les conflits. Pendant que les filles enrôlées subissent toutes sortes de violences, les garçons eux servent de chair à canon. Le gouvernement français et l’Unicef ont organisé en avril dernier une conférence, “Libérons les enfants de la guerre”. Dans le rapport de l’Onu, relayé par le journal en ligne Afrique Renouveau, ««L’ONU estime qu’environ 300 000 enfants (ce terme désignant tous les moins de 18 ans) sont actuellement activement engagés dans des conflits armés dans une vingtaine de pays. Bien que les Engagements de Paris ne soient pas contraignants, les participants à la conférence ont noté qu’ils avaient un poids moral et politique certain.»
La deuxième problématique de la rencontre s’intéressera au «rôle du secteur privé dans la prévention de conflits». «Cette discussion, indique le site canadien explorera l’importance du développement économique dans la prévention des conflits dans les États fragiles et dans la reconstruction durable des États sortant d’un conflit.»
Valgadine TONGA

Citoyenneté : Les jeunes appelés à la construction de la démocratie — PEJED

L’ONG Un Monde Avenir à lancé ce vibrant appel au cours d’une rencontre avec les jeunes. C’était jeudi 10 août 2017 à Douala, en prélude à la célébration de la journée internationale de la jeunesse. «Je n’ai jamais voté. Je n’appartiens à aucun parti politique parce que je n’ai jamais été sensibilisée sur la […]

via Citoyenneté : Les jeunes appelés à la construction de la démocratie — PEJED

Développement : Le Sénégal a sa Maison des jeunes de la Francophonie

Premier édifice du genre, la maison des jeunes de la francophonie devra booster l’éducation et promouvoir la culture de sa localité.
Au Sénégal, la commune de Ngoundiane fait des envieux. C’est chez elle que se trouve la première maison des jeunes de la Francophonie du Sénégal. Un aboutissement des efforts du maire de Ngoundiane, Mbaye Dionne. La maison a été inaugurée le 14 octobre 2017. Cérémonie présidée par Michaëlle Jean, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). «Ce projet que nous avons réalisé est la résultante de deux ambitions. L’ambition du conseil municipal de Ngoundiane qui a une vision futuriste pour le développement et l’ambition des autorités de l’OIF qui ont pensé que la francophonie doit dépasser l’élite intellectuelle et descendre au niveau de la base. La synthèse de ces deux projets a donné naissance à la construction de la maison des jeunes de la francophonie», a expliqué le maire de la commune à l’Agence de presse sénégalaise (APS).
Comme le confie Mbaye Dionne, la maison des jeunes de la Francophonie est le fruit de sa collaboration avec OIF. «Ce projet a coûté environ 100 millions de FCFA dont 80% financé par le Conseil municipal de Ngoundiane pour la réalisation des gros-œuvres et de l’équipement en mobiliers. Bien avant que nous n’initions la construction de cette bâtisse, la Francophonie nous a dotés d’un lot important de mobiliers de bureau, de matériels audiovisuels, de matériels de sonorisation et d’ouvrages.» Le matériel apporté par l’OIF donnera tout le côté moderne à l’édifice. Ce qui va à coup sûr «renforcer l’éducation et la qualité des enseignements mais aussi pour promouvoir la culture qui est la base de tout développement».
La Secrétaire général de l’OIF a indiqué à l’APS que la maison est ouverte à tout public. «C’est un espace intergénérationnel. La belle richesse d’un pays passe par les populations… La francophonie des solutions passe par des jeunes vaillants, ingénieux, imaginatifs, volontaires, bâtisseurs» a fait remarquer Michaëlle Jean. Non sans inviter à «multiplier et créer de telles structures qui renforcent la cohésion sociale.»
Valgadine TONGA

Santé publique : Zéro tabac en novembre

imagesLe défi que se lance annuellement des étudiants Français  a pour but de court-circuiter l’action nocive de l’industrie du tabac.
«Mois sans tabac : En novembre on arrête ensemble ?» En posant cette question, la fédération des associations étudiantes de France espère une réponse positive. La Fage est consciente que l’industrie du tabac recrute de plus chez les élèves et les étudiants.  «La lutte contre le tabac est donc un réel enjeu de santé publique, d’autant plus auprès des jeunes, car comme nous l’avons vu précédemment, les fabricants du tabac ciblent directement les jeunes, confesse la Fage. Comme l’indique l’OMS (Organisation mondiale pour la santé), la consommation de tabac ne ressemble pas à d’autres menaces sur la santé mondiale. Les maladies infectieuses n’emploient pas des sociétés multinationales de relations publiques. Il n’existe pas de groupes de façade pour promouvoir la propagation du choléra. Les moustiques n’ont pas de lobbyistes à leur service. Le tabac est une maladie contagieuse. La contamination passe par la publicité et le parrainage».
Les étudiants, fumeurs et non fumeurs seront donc amenés à rencontrer bénévolement d’autres jeunes pour sensibiliser sur les méfaits du tabac, notamment la consommation de la cigarette. Selon l’Oms, la cigarette est la forme de consommation du tabac la plus fréquente chez les jeunes. Moi(s) sans tabac, propose surtout à tous les fumeurs d’arrêter pendant un mois avec le soutien de leurs proches. La Fage estime qu’au-delà, les chances d’arrêter définitivement sont multipliées par 5.  Les Camerounais gagneraient à imiter pareille initiative. L’Enquête globale sur le tabagisme chez les jeunes (GYTS) âgés de 13 à 15 ans a été réalisée au Cameroun en 2014. Il ressort que 10,1% des jeunes âgés entre 13 et 15 ans utilisent des produits du tabac. 16,1% d’élèves qui ont déjà essayé de fumer ont expérimenté leur première cigarette avant 7 ans ; 26,8% entre 8 et 9 ans ; 22,8% à l’âge de 10 ou 11 ans. 45,2% de ces jeunes fumeurs présentent des signes de dépendance.
L’industrie du tabac au Cameroun n’a pas besoin de trop d’efforts ou d’imagination pour conquérir sa cible. Avec des parents ou un entourage fumeur, des films ou clips où les idoles des jeunes fument comme des cheminées…le tour est joué. L’étude suscitée relève que 28,5% des jeunes sont exposés à la fumée de tabac dans leurs domiciles ; 42,1% des jeunes sont exposés à la fumée de tabac dans les lieux publics ; 25,1% des jeunes ont observé des personnes fumer dans l’enceinte des établissements scolaires. Il faut aussi souligner que 100% des écoles enquêtées ont dans leurs environs des épiceries vendant des cigarettes à l’unité. La publicité des sociétés de fabrication de tabac, les ventes de cigarettes devant les établissements scolaires, la non limitation de l’âge des
consommateurs de tabac n’est pas pour servir les jeunes. L’étude note à propos que 57, 4% des jeunes fumeurs achètent leurs cigarettes dans les magasins d’approvisionnement, les kiosques et chez les vendeurs ambulants. Plus de 8 fumeurs sur 10 veulent arrêter, mais le mal est déjà profond. Seulement 67,1%  des élèves sont en faveur de l’interdiction de fumer dans les lieux publics. C’est dire qu’il s’agit d’un réel problème de santé public. La Convention Cadre de l’Organisation mondiale de la Santé pour la Lutte Anti Tabac (CCLAT) pense justement que la lutte contre le tabagisme doit commencer dans les écoles.
Valgadine TONGA

Organisation du Conseil Municipal Jeune de Douala 1er

IMG_0403 copieLe 11 août 2017,en prélude de la célébration de la journée internationale de la jeunesse qui a lieu tous les 12 Aout de l’année, le Maire jeune de Douala 1er en la personne de MAKOUET Aichetou a tenu à organiser son conseil municipal à cette occasion afin de revenir sur les problèmes de la jeunesse camerounaise en général, et ceux des jeunes de Douala 1er en particulier. Ce conseil se tient dans le but d’interpeller la jeunesse sur les problèmes qui continu à miner leur quotidien et de trouver des pistes de solution afin de mener les actions concrets dans le but d’une intégration des jeunes par les élu locaux dans l’élaboration des politiques publique  qui le conseil. Ledit conseil s’est tenu le 11 Aout à la grande salle des actes de la  Mairie de Deido.

Les préparatifs de ce conseil municipal ont nécessités plusieurs assises de l’exécutif municipal afin de réfléchir aux actions à mener avant et après le conseil.

Le 21 juillet  2017, s’est tenu la 1ère réunion du comité d’organisation du conseil municipal Jeune.Cette réunion s’est déroulé dans les locaux de l’ONG un monde avenir.

Mot de bienvenue de la présidente du conseil, Mme le Maire jeune de Douala 1er

A l’entame de ses propos, la Maire jeune a souhaité la bienvenue à tous les conseillers, à l’autorité administrative (représentant du délégué régional du ministère de la jeunesse DRMINJEC), et aux distingués invités. Elle a par ailleurs montré sa satisfaction à l’endroit de tous ceux qui ont rendu possible la tenue de ce conseil malgré le retard. Dans la suite de son propos, elle a exprimé son mécontentement à l’endroit de certains conseillers qui brillent de plus en plus par leur absence, comportement qui, pour elle ne reflète pas celui d’une jeunesse qui se veut engagée et plus autonome. Elle a par la suite signalé que l’absence de certains conseillers dont le nombre est considérable n’a pas empêché la tenue de ce conseil. Il serait donc important pour le conseil poursuit-elle, de remplacer les conseillers démissionnaires par des jeunes qui aimerait faire partie du conseil municipal jeune. Ayant constaté cela et n’étant pas prévu dans l’ordre du jour de la séance, la présidente du conseil municipal à demander à intégrer ce point à l’ordre du jour. Après cet éclairci, la présidente du conseil a déclaré ouvert la 1ère session du conseil municipal jeune de douala 1er pour l’exercice 2017.

IMG_0396 copieEBOUMBOU Yvan, 1er adjoint : il a estimé que la commission grand travaux dans ses délibérations a proposé l’aménagement de l’espace de jeux du pont Bonabassem qui pour lui, n’est pas une aire de jeux mais un espace ou un petit jardin personnel qui permet à certaines personnes de faire des rencontres amoureuses, d’où il a plus tôt proposé le recensement des vraies aires de jeux existantes et l’aménagement de ceux-là.

Il a aussi proposé qu’en ce qui concerne la proposition du conseil à faire à la Mairie pour la construction d’un complexe sportif municipal, il faudra se rapprocher des services du cadastre qui est chargé du lotissement des terrains, afin de voir quel espace communal est encore inexploité et donc peut servir de terrain pour la construction d’un tel édifice. Il s’est porté volontaire de donner un coup de main aux conseillers de la commission grand travaux qui a fait cette proposition.

Il a ajouté qu’il fallait que la commune se dote des bibliothèques numérique et physique, pouvant permettre aux jeunes étudiants, élèves et chercheurs de se documenter et approfondir leurs savoir pouvant être utiles à la communauté.

Il a également souligné le problème de création des centres d’accueil pour enfants de la rue, en soutenant que c’était la solution au problème des enfants de la rue. Il a fait une proposition de reformulation qui est celle de la “création des centres de formation de réinsertion des enfants de la rue“.

KAMSI MARC Héloge conseillé : Ayant fait une visite au quartier Essengue, il est revenu sur l’urgence de la construction d’une école publique dans ce quartier, d’où on a pu ajouter aux délibérations, la rédaction par le conseil municipal jeune d’une lettre de réclamation d’une école publique primaire à Essengue.

KENFACK Anysse : son intervention a consisté à reformuler la délibération portant sur la pose des dal lettes sur les caniveaux en proposant la délibération portant sur “l’Entretien des rigoles“.

NGAE Papin Gael : sa prise de parole a été pour faire une proposition sur la création des start-up communaux, où les jeunes pourraient venir de temps en temps développer leur génie, mettre en essaie leurs inventions ou découverte. Ce qui permettrait de créer plus tard des micros entreprises et par ricochet la création d’emplois.

Fifen Léondre : le conseiller a apporté des éléments de réponse en ce qui concerne la création des bibliothèques municipales. Il a précisé qu’après un échange eu avec le secrétaire de la Mairie, ce dernier lui a fait comprendre que c’est un projet qui date de plus de 3 ans, qu’il ne devrait pas être financé par le budget de la Mairie mais d’autres bailleurs de fonds. Deux sites avaient été choisis pour abriter ce projet, se sont les quartiers Grand-Moulin et Bonatéki. Depuis lors, le projet est resté sans suite et est encore en étude.

Vote des délibérations :

A l’issus de la lecture des rapports des travaux par commission, Mme le Maire a procédé à la lecture des propositions de délibérations faite par chaque commission afin de les passer à l’approbation (vote) du conseil. Sur l’ensemble d’une vingtaine de propositions de délibérations faites par les commissions, le conseil a délibéré sur les propositions suivantes, pouvant faire objet d’actions et de recommandation auprès de la Mairie :

  • Délibération N°1 : portant sur le suivi de l’Achèvement des travaux de construction de la case sociale à grand-moulin.
  • Délibération N°2 : portant sur la rédaction d’une lettre de réclamation d’une école publique à Essenguè.
  • Délibération N°3 : portant sur l’Entretien des rigoles (pose des dalettes ; ouverture des extrémités) par la Mairie.
  • Délibération N°4 : autorisant l’exécutif jeune d’aller vers les associations de tous les quartiers de la commune en vue du remplacement des conseillers indisponibles.
  • Délibération N°5 : donnant mandat a l’exécutif de saisir la mairie sur la proposition de l’installation des bacs à ordures tous les 200m par la Mairie dans la commune.
  • Délibération N°6 : donnant mandat à l’exécutif jeune de saisir la Mairie pour la mise à jour de son site internet et la création et animation d’une page facebook de la mairie.
  • Délibération N°7 : donnant mandat à l’exécutif jeune de saisir la Mairie pour le lancement du projet de construction d’une Aire de jeux à Bonewonda.
  • Délibération N°8 : donnant mandat à l’exécutif jeune de saisir la Mairie pour une mission de visite des travaux de construction de l’hôtel de ville de la Mairie douala 1er
  • Délibération N°9 : autorisant la Maire jeune d’instruire une mission de visite des Aires de jeux existant dans la commune de douala 1er

Mots de la représentante du délégué régional de la jeunesse

Dans son allocution, elle a commencé par apprécier le projet, puis a tenu à féliciter les jeunes pour l’initiative. Elle a poursuivi en exprimant sa satisfaction à prendre part à ces travaux qui, pour elle marquent la maturité de la jeunesse.

IMG_0381 copie